Bienvenue ! La Maison de la Semence Citoyenne, c’est un projet lancé par l’association belge Nature & Progrès, à travers ses différentes “locales” réparties sur le pays. La locale du Pays des Collines déploie donc une “Maison de la Semence Citoyenne du Pays des Collines” !

Avant d’être une véritable maison*, il s’agit d’abord d’un réseau local, lancé en 2018 et destiné à relier de plus en plus de gens dans la région. Ce réseau s’adresse à toute personne qui fait pousser quelque chose dans son jardin / potager ! L’objectif est de “libérer” la graine (semence) pour en faire à nouveau un bien commun, que l’on peut reproduire, transmettre, partager … d’où l’adjectif “citoyenne”. (* le projet n’est pas encore attaché à un lieu fixe)

Pour cela, le projet de Maison de la Semence Citoyenne du Pays des Collines vous proposera trois types d’événements, ouverts à toutes et tous :

  • des causeries, pour discuter ensemble et échanger sur le « pourquoi » faire ses propres semences ?
  • des rendez-vous d’ échange de graines / bourse aux plantes (les curieux sont les bienvenus, même sans ramener de graines)
  • des formation (une journée) pour apprendre, à partir de vos plantes, à récupérer des graines viables, et dont la variété soit stable

Les prochains événements

Vous pouvez être tenu.e au courant par email en vous inscrivant à notre mailing liste.

  • dimanche 4 octobre 2020 : rencontres de la Maison de la Semence, à Ghoy : échange de graines et bourse aux plantes (15h30-17h) précédée par une causerie sur le zéro-déchet animée par Lionel Pistone (13h30-15h30) – AFFICHE
  • dimanche 7 février 2021 : prochaine formation pour produire ses semences potagères, donnée par Nature & Progrès, à Lessines


Ces événements ont déjà eu lieu :

  • 25 avril 2020 : les rencontres de printemps ont été annulées en raison des mesures fédérales liées au covid 19 ! 
  • 7 mars 2020 : formation pour produire ses semences potagères, donnée par Nature & Progrès, à Lessines

  • 15 février 2020 : formation pour produire ses semences potagères, donnée par Nature & Progrès, à Lessines
  • 17 octobre 2019 : échange de graines et bourse aux plantes + conférence “pourquoi faire nos semences ?” à Ghoy.
  • 8 septembre 2019 un événement proposé par l’asbl Champ-Libre, et qui rejoint les objectifs de la Maison de la Semence Citoyenne : “Des semences et des hommes : prends-en de la graine !” une conférence proposée par Jessica Urbain, à Less’Pass Collectif de Lessines.
  • 5 mai 2019 : échange de graines et bourse aux plantes, à Ghoy

Mieux comprendre l’enjeu

La question des semences, des graines, est une question importante. Comme beaucoup le savent déjà, la biodiversité est en danger … c’est un gros risque pour notre écosystème, et aussi pour la sécurité de notre alimentation. Aujourd’hui dans les circuits classiques de l’alimentation, il y a très peu de variétés différentes. Pourtant, dans des situations climatiques difficiles, c’est en ayant beaucoup de variétés qu’on a le plus de chances d’assurer notre alimentation. La biodiversité dépend donc de nos choix de graines, et la majorité des graines vendues en jardinerie ne sont pas reproductibles ; elles sont conçues pour être stériles après la première génération.

Le projet de Maison de la Semence Citoyenne vise à ré-introduire une grande diversité de variétés de légumes reproductibles, et d’en faire un bien commun à travers une démarche citoyenne d’échange et de partage. Les graines privilégiées sont des variétés anciennes, stables d’une génération à l’autre, et adaptées à nos régions : plus résistantes aux maladies et aux insectes qui sont communs chez nous. C’est plus pratique pour se passer de pesticides, ce qui est aussi un objectif de premier plan chez Nature & Progrès !

Un autre aspect important : garder la liberté d’échanger et de reproduire les graines, sans faire de commerce ou de profit. On appelle cela des semences “libres de droit”. Cela paraît évident, mais le modèle actuel de l’industrie de la graine ne fonctionne pas de cette façon : les industriels rendent leurs semences stériles pour empêcher les agriculteurs d’être autonomes ; ils dépendent alors de l’industrie semencière. Si la Maison de la Semence est un lieu citoyen, c’est parce qu’elle propose des moyens pour sortir de cette dépendance ; elle est un lieu où l’on vient partager des connaissances et un savoir-faire, pour produire nous-mêmes des semences à partir des légumes que l’on cultive.

Un renseignement ?

Contactez-nous